05/12/2007

Dépenalisation du cannabis

Le vert angélisme ou la douce contradiction de gauche

Le nouveau conseil national commence une législature sur les chapeaux de roue !
L'initiative populaire demandant la dépénalisation du chanvre a occupé une grande place dans les discussions du parlement fédéral. Heureusement pour tous, aucune mauvaise décision n'a été prise dans l'urgence.

Comme introduction, je vais brièvement parler des effets du cannabis sur les êtres humains.
Cette consommation est nuisible, non seulement pour la santé des fumeurs, mais aussi pour leur vie sociale. Ces faits sont scientifiquement prouvés et ne sauraient être mis en doute.

En effet, le syndrome amotivationnel et des conséquences psychosociales ont été observées notamment chez les adolescents et les jeunes adultes : la passivité, la léthargie, le manque d'initiatives et une perte d'intérêt en sont les principaux symptômes.
D'autre part, la consommation régulière de cannabis aggrave considérablement la progression de maladies psychiques graves telles que la schizophrénie ou de lourdes dépressions tardives.

Pour la partie purement biologique, les dommages somatiques possibles à long terme sont : la toux chronique, l'inflammation des voies respiratoires et des complications des fonctions pulmonaires pouvant entraîner, à un stade avancé, un cancer du poumon.
Il va sans dire que l'énumération ce ces troubles Psychiques ou physiologiques ne saurait être exhaustive.

Mais le sujet de mon billet, comme le laisse présager le titre, est tout autre. Il traite de l'hypocrisie et du dogmatisme nauséabond du parti socialiste et des verts.

Tout d'abord, ces partis réclament que l'état prenne possession du marché de la drogue pour en tirer des bénéfices fiscaux. Encore une fois, pour la gauche, tant pis si les citoyens sont livrés aux affres de la toxicomanie, tant qu'on peut les fiscaliser !

Ensuite, ces partis ignorent totalement les effets néfastes sur la santé de la consommation de drogue alors que celle-ci est un argument phare lorsqu'ils parlent de pollution et qu'ils veulent limiter les émissions de co2 de certains véhicules, par exemple… Même sujet, discours différent…

D
'autre part, les verts qui prônent une agriculture durable et équitable envers les paysans oublient certainement  que ces substances sont trop souvent issues de marchés parallels qui ne respectent ni l'environnement ni les producteurs !
Ou peut-être veut-on faire de nos vertes prairies des champs de production de chanvre ? C'est en tout cas une idée qu'ils laissent entendre en demandant à la confédération d'édicter des prescriptions concernant la culture, la production, l'importation et l'exportation des substances psychoactives du chanvre.

Pour terminer, accepter cette initiative donnerait un signal fort de déresponsabilisation de l'état face aux problèmes liés à la drogue et ses effets catastrophiques sur notre société.

Bien à vous.

Mirko Righele

16:24 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1)

03/12/2007

Chômage à Genève : OUI le 16 décembre !

 

Le mardi 27 novembre 2007, j'ai eu le plaisir d'assister à une conférence-débat opposant MM. Longchamp et Grobet, respectivement conseiller d'état et ancien conseiller d'état.

Monsieur Longchamp ayant concocté la nouvelle loi sur le chômage était bien évidemment pour, tandis que Monsieur Grobet, qui représentait "A gauche toute"  représentait les référendaires et opposants à cette nouvelle loi.

Cette nouvelle loi permettrait d'économiser 90 millions par année en supprimant les emplois temporaires cantonaux pour améliorer la prise en main des chômeurs et, entre autres choses, leur offrir des formations adaptées aux besoins du marché.

L'argument phare de l'opposition est que ces emplois temporaires cantonaux doivent être maintenus et que les entreprises doivent favoriser les travailleurs résidents sur le territoire genevois plutôt que des frontaliers ou des travailleurs vivant sur le canton de Vaud.

Ce projet de loi, déjà accepté au grand conseil genevois en juin par 6 partis sur 7, fait suite à un courrier du conseil fédéral qui prie les autorités cantonales de bien vouloir prendre note que les emplois temporaires cantonaux de 12 mois, qui ouvraient une nouvelle période d'indemnisation par l'assurance-chômage ne serait plus tolérés longtemps par la confédération. Nous nous devons donc de supprimer l'exception genevoise.
D'autre part, cette loi a été longuement discutée au niveau fédéral et son concepteur s'est inspiré d'exemples qui ont étés retenus par des cantons frontaliers comme Genève. Cette loi a largement contribué à la baisse du chômage dans ces cantons.

J'en tire les conclusions suivantes :

1. L'opposition n'a aucun argument valable et se plait à reprendre des thèmes chers à un certain parti d'extrême gauche comme celui des frontaliers.

2. Sans l'adoption de cette loi, dès que le conseil fédéral n'autorisera plus une deuxième période d'indemnisation après un emploi temporaire cantonal, le peuple genevois travaillera sans filet et les frais sociaux supplémentaires seront tellement importants qu'une augmentation massive d'impôts sera inévitable.

3. Cette loi permettra à l'OCE de proposer des vraies formations et non pas un "saupoudrage" de formation comme jusqu'à ce jour.

4. Cette nouvelle loi fait partie intégrante d'un processus mis en place par le magistrat Longchamp pour améliorer l'efficacité des OCE. Sans cette loi, les efforts fournis par le DSE depuis 2005 seront vains...

Je vous invite donc à voter en faveur de cette loi. Mais le débat est ouvert...

Meilleurs messages

Mirko Righele

16:26 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3)