06/10/2009

Ce n'est pas ma Suisse...

Au début vivaient 3 communautés... Pour se protéger des menaces des suzerains les entourant, ils décidèrent de s'allier. En 1291, ils scéllaient un pacte qui nous réunirait tous un jour.
Genève elle-même, pour échapper à une éventuelle annexion est entrée dans la confédération en 1815.

Aujourd'hui, 718 ans plus tard, nous sommes 26. C'est dire si nous nous sommes ouverts aux autres, et pour une multitude de raisons ! Les nombreux pactes et alliances conclues entre les cantons avaient une raison commune d'exister : l'aide et le soutien mutuel !

Ca, c'est ma Suisse...

Celle qui ne veut pas de l'étranger qui vient travailler, ce n'est pas ma Suisse...

Celle qui affiche ouvertement sa haine envers une communauté religieuse, ce n'est pas ma Suisse...

Celle qui fustige et stigmatise une frange de la population pour ses préférences sexuelles, ce n'est pas ma Suisse...

Celle qui veut "balayer" d'autres être humains, ce n'est pas ma Suisse...

Celle qui pense détenir la science absolue dans tous les domaines, ce n'est pas ma Suisse...


A tous ceux qui se reconnaissent dans ces descriptions, ouvrez vos livres d'histoire. Cherchez d'où vous venez et par quel miracle vous vivez dans un pays juste et amoureux de ses concitoyens. Vous verrez, ces propos vous auraient désservis pendant plus de 700 ans...

A bon entendeur

Mirko Righele

Commentaires

" A tous ceux qui se reconnaissent dans ces descriptions, ouvrez vos livres d'histoire. "

Oui c'est vrai, mais quant à moi je placerais plutôt l'origine de la Suisse, celle que nous connaissons de nos jours, en 1848 au lendemain de la Guerre du Sonderbund ...
La Suisse que nous connaissons aujourd'hui s'est en effet muée de Confédération d'états indépendants qu'elle était jusqu'au début du XIXème siècle, en état fédéral en adoptant la première Constitution fédérale en 1848 ...
De Confédération, elle n'a conservé que le nom : Confédération helvétique, mais il s'agit en fait d'un Etat fédéral.

Merci à l'auteur pour son billet !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 06/10/2009

Les commentaires sont fermés.