02/12/2013

Qui a raté le virage de la mobilité ?

Le 9 février 2014, le peuple suisse devra se prononcer sur la création d'un "Fonds d'infrastructures férroviaires", désigné ci-dessous sous l'abréviation FIF.
Ce fonds, initialement prévu à hauteur de 3,5 milliards, sera doté d'un montant total de 6,4 milliards de francs d'ici 2025, dont un tiers sera versé immédiatement par la confédération.

Malgré les bonnes intentions de la conseillère fédérale Leuthard, l'inscription de ce FIF dans la constitution risque bien de prendre le chemin des oubliettes. En tout cas, pour mon bulletin et pour les raisons suivantes :

Le fonds sera constitué par un versement de la totalité des cantons, par des versements consécutifs de 500 millions par an. Que le canton soit avantagé par ce FIF ou pas, il passe à la caisse.

Ensuite, la constitution n'est pas un fourre-tout dans lequel nous pouvons mettre toutes les règles que nous voulons difficilement modifiables. Il est plus difficile de modifier la constitution que d'abroger une loi, ce qui pousse les politiques à faire du texte suprême de notre confédération un amas d'initiatives et d'articles incohérents qui pourraient, devraient être réglés par des loi spéciales.

Pour finir, le financement du réseau férroviaire doit revenir au réseau férroviaire. Il est inadmissible que ce soient les taxes sur les poids lourds, la TVA et les huiles minérales qui financent le réseau férroviaire. C'est, encore une fois, les usagers de la route qui paient pour ce qu'ils n'utilisent pas. A juste titre d'ailleurs, si c'est pour se retrouver coincé comme une sardine sur des trajets plus ou moins longs et mouvementés, à un tarif non-négligeable !
La déduction fiscale découlant de l'utilisation des réseaux de transports publics, outre son irrespect d'une égalité de traitement fiscal, semble un argument de dernière zone, de dernier recours pour faire accepter une initiative aussi mal ficelée..

Le message du 24 novembre ne résonne déjà plus dans le département de Mme Leuthard. Le peuple ne veut pas de transfert de charge entre la route et le rail.

Madame Leuthard loupe le virage de la mobilité fédérale et continue droit dans le mur en klaxonnant !

Mirko Righele