10/02/2009

La peur est mon métier...

Bonjour,

Je reviens sur les déclarations mensongères et diffamatrices du tribun zürichois Christoph B. homme politique déchu (et tant mieux) et amer, mais amer...

Rappel des faits : Dimanche 8 février, après la défaite cuisante des neinsager zürichois tel que Hans Fehr et Christoph B. sur un sujet vital pour notre pays (comme quoi les mensonges ne paient pas), ce dernier s'est permis un parallèle entre la Suisse et le IIIe reich.
Voici ses propos traduits  :
«Prenez des courants dictatoriaux comme le IIIe Reich. Lorsque tous les gens s’alignent et applaudissent Hitler, ils font évidemment toujours partie des vainqueurs
Ce à quoi un journaliste plein de bon sens lui rétorque que les deux situations ne sont pas comparables. Christoph B. d'insister :
«Si, c’est comparable dans le sens où l’on a l’impression qu’il faut toujours se ranger du côté de la majorité
«les Suisses vont saigner» s'est-il permis d'ajouter...

Quand on sait que ces propos ont été tenus sur "TeleBlocher", on se demande qui veut diriger l'opinion...

Après l'invasion polonaise, l'invasion des requérants d'asile, l'invasion islamique, l'invasion des bulgares et des roumains, nous attendons donc les envahisseurs dont les dents seront plus acérées que nos fameux couteaux suisses et qui suceront la sève vitale de notre beau pays sacrifié sur l'autel des europhiles convaincus...
Si elle n'a pas lieu, je suis persuadé que Christoph B. et ses amis qui aiment à promouvoir le mensonge et la peur de l'autre trouveront un nouveau mouton-émissaire pour diffuser un message agressif, protectionniste et populist, encore une fois...

Il est temps que l'UDC ouvre enfin les yeux, à l'instar de certains de leurs conseillers nationaux, et se rende compte que cet homme populaire et populiste ne nous a pas fait avancer d'un cheveu en matière de sécurité, bien au contraire, et que ces beaux discours ne servent qu'à rameuter les masses qui, à court terme, se disperseront aussi vite qu'elles se sont rassemblées.

Pourquoi les Suisses réussissent tout mieux que tout le monde ? demandait un professeur d'université français...
Peut-être parce-que, jusqu'ici, ils ne se sont pas fait diriger par un seul homme et qu'ils ont su garder la tête froide sur tous les sujets importants qui leur ont été expliqués et soumis à leur jugement.

Il a été évincé par le parlement, on lui a préféré M. Maurer, il est temps qu'il s'occupe d'une retraite bien méritée, dans un canton qui accepterait peut-être encore de négocier un forfait ;-)

Que la défaite est amer pour celui qui s'est battu dans son seul intérêt...

Bien à vous

Mirko Righele

25/11/2008

L'exemple français

sego.jpgBonjour à vous tous,

J'aimerais revenir quelque peu sur l'élection de la nouvelle dirigeante du Parti Socialiste français.

Je ne vous fais pas l'affront de vous raconter l'histoire dans son entier,  mais j'essaie d'en trouver les raisons...

J'ai lu un article hier sur la Tribune qui expliquait que la débâcle du PS français inquiétait le PS genevois.
D'après moi, cette débâcle devrait inquiéter tous les partis sans exception.

Ce qui se trame chez nos voisins aujourd'hui va bien au-delà des clivages idéologiques. C'est une question de personnalités et de remise en question personnelle. Je ne pense pas qu'un parti dirigé intelligemment puisse arriver chez nous à un tel niveau de bêtise !
Si le PS français réfléchissait un peu, il verrait que Madame Royal n'a pas été plebiscitée aux élections de 2007, non pas pour son manque de programme, mais parce-que les français ne voulaient pas d'elle ! Elle a été l'ingénieur de la chute de la gauche française.
Il fallait juste lui expliquer que des personnalités comme elle n'ont plus leur place comme leader de parti.

A Genève, nous avons la chance de connaitre des leader de partis très modérés et intelligents, même si parfois il faut plusieurs essais à certains pour trouver leur marques. Je pense bien sûr au parti libéral qui a vécu quelques déboires ces dernières années, mais qui est sorti de ses conflits internes et qui est revenu en force aux affaires étatiques, notamment en faisant élire 13 constituants le 19 octobre.

Je me demande si nous ne devrions pas prendre exemple sur nos voisins et néanmoins amis français. Que cette polémique malsaine nous apprenne que les partis sont constitués d'hommes et de femmes qui vont être mis en avant pour défendre les idées de la base, et pas leurs petites ambitions personnelles...

Bien à vous

 Mirko

24/11/2008

On s'en fume un petit entre le dessert et le café ?

Cette phrase, vous risquez bien de l'entendre bientôt dans les bistrots suisses si vous vous trompez de case sur votre bulletin de vote le 30 novembre !

Non contents de donner un signal fortement malsain aux jeunes qui n'attendaient, jusqu'à maintenant, leurs 18 ans que pour courir au service des autos chercher leur permis de conduire provisoire, l'initiative pour la dépénalisation du cannabis permettra aux consommateurs de s'en fumer un au bistrot, ou dans la rue... Vous vous imaginez dans votre pizzeria préférée en train d'engloutir votre Calzone pendant que les voisins de tablée se roulent des pétards ? Je conseille à tout le monde d'aller en Hollande pour voir ce que ça fait...

Tiens, la Hollande, souvent reprise comme exemple par les initiants de cette "loi" angélique, parlons-en de la Hollande !
Ce pays compte actuellement environ 700 coffee-shops (bars à fumette pour les non-initiés). Les 106 maires hollandais sont en train de mettre sur pied un plan qui fermera ces établissements, pour des raisons évidentes de santé publique et de sécurité. Il faut dire que la consommation de cannabis est tolérée depuis 1978 et pas autorisée comme on veut nous le faire croire.D'autre part, les villes du sud de la Hollande ferment systématiquement les établissements vendant du cannabis à cause des nuisances générées par le tourisme de la drogue. Je n'invente rien... Un article y était consacré vendredi dans votre Tribune de Genève.

D'ailleurs, la dernière trouvailles des tenanciers de ces coffee est de demander à l'état de pouvoir cultiver eux-mêmes l'herbe qu'ils vendent, ceci afin de juguler le marché noir. Comme quoi, 30 ans après, le marché noir existe toujours car le combat aujourd'hui n'est pas de pouvoir vendre du cannabis, mais de proposer celui qui est le plus chargé en THC. Les doses étant tellement fortes aujourd'hui, que nous pouvons considérer cette drogue comme étant dure et plus douce ! Et ne me parlez pas de l'alcool ! 1 verre de vin, je peux conduire, j'ai toutes mes facultés et je ne souffre d'aucun manque neuronal quelconque. 1 bouffée sur un pétard et vous êtes bons pour ramener ma carcasse à la maison ! Et croyez-moi, je ne suis pas petit....

Alors l'angélisme, ça suffit ! Marre d'entendre dire que c'est une politique "responsable" ! C'est irresponsable et incohérent au vu de nos combats quotidiens pour notre santé et celle de nos enfants.

Vous voulez fumer du cannabis ? Libre à vous mais chez vous et sans vous montrer aux yeux de tous et influencer la jeunesse en montrant comme c'est coooool de fumer un bédo et de planer avec mes potos en refaisant le monde toute la nuit...

Notre pauvre pays ne mérite pas qu'on le considère comme un havre de paix pour les toxicomanes (et oui, vous êtes des toxicos, c'est la vie...). Je vous invite donc à voter NON à l'initiative pour la dépénalisation du cannabis le 30 novembre !

Bien à vous

Mirko